l’Ostéomyélite

Alors qu’elle devait vivre une vie difficile de chien errant en Jordanie, Taïma fut gravement blessée par des tirs d’arme à feu. Heureusement, des témoins de cette scène atroce ont sauvé Taïma et l’ont confié à un vétérinaire local qui en a pris soin, avec l’équipement qu’il avait à sa disposition. C’est alors que des radiographies furent prises, démontrant de multiples fractures à plusieurs endroits différents. Considérant le désir indéniable de vivre de Taïma, Les Aristopattes ont été approchés et les arrangements ont été faits pour que Taïma puisse être transférée au Québec.  C’est alors que le 4 décembre 2017, suite à un long voyage en avion en provenance de la Jordanie, Taïma fut présentée au service de chirurgie du Centre Vétérinaire Rive-Sud.

Accompagnée de la directrice du refuge, elle y rencontra Dr Louis Huneault, chirurgien spécialiste, Dr Rebecca De Arburn Parent, résidente en chirurgie spécialisée et Dr Catherine Filion Brochu, interne. Au moment de la consultation, c’est sous le regard ébahi du personnel médical que Taïma se leva et fit quelques pas. Un regain d’espoir a alors envahi son entourage; Taïma méritait qu’on lui apporte toute l’aide nécessaire pour qu’elle ait un jour une vie presque normale! La liste des diagnostics qui l’affligeaient était toutefois longue: fractures multiples du bassin, fracture au membre thoracique gauche et au membre thoracique droit, fracture du fémur et du tibia du membre pelvien gauche et une plaie cutanée chronique au membre thoracique droit qui correspondait au site de fracture de cette patte. Certes, les fractures de Taïma étaient bien impressionnantes, mais la plaie sur sa patte avant droite était aussi inquiétante. En effet, suite à un examen rapproché, un petit fragment d’os qui en sortait a été retiré et la présence de pus a été notée!

Il a été décidé que le bassin de Taïma devait d’abord être opéré et que la plaie pouvait être gérée médicalement entre temps. Taïma a donc été opérée pour une exérèse de la tête et du col fémoral bilatérale. Au moment de la chirurgie, alors que Taïma était sous anesthésie, une culture et un antibiogramme ont été prélevés afin de bien cibler l’antibiotique nécessaire pour traiter l’infection.  

Malgré un traitement antibiotique intensif de 2 mois, des lésions cutanées avec écoulements purulents apparaissaient et disparaissaient au niveau de la plaie qui avait été identifiée à son arrivée au Québec. De plus, une nouvelle boiterie occasionnelle au membre thoracique droit fut observée. Taïma semblait inconfortable, elle léchait fréquemment sa plaie et a dû porter un collier élisabéthain pour l’en empêcher! Des radiographies de suivi furent alors réalisées, suggérant la présente d’un fragment d’os nécrotique libre (séquestre osseux) et des lésions compatibles avec une ostéomyélite. Le 19 mars 2018, Taïma subissait sa deuxième chirurgie, cette fois pour effectuer un débridement chirurgical agressif et de traiter l’infection avec des antibiotiques systémiques et locaux, grâce à la mise en place d’un collatamp G, une matrice de collagène imprégnée de gentamycine, un antibiotique.

Taïma est maintenant dans sa famille d’accueil où elle se remet de sa dernière opération. Suivez son aventure sur la page Facebook et Instagram Les Aristopattes afin de voir son évolution et de constater à quel point elle est toujours aussi adorable, même avec son plâtre et son grand collier élisabéthain!

La lecture de cette fiche informative sur l’ostéomyélite vous permettra non seulement de mieux comprendre pourquoi Taïma a eu besoin d’être opérée à nouveau, mais aussi de reconnaître les symptômes de l’ostéomyélite puisqu’il s’agit d’une condition qui peut toucher tous les animaux de compagnie.
Taïma vous souhaite une bonne lecture, alors qu’elle se repose!

– Dr Catherine Filion Brochu, interne

osteomyelite